L’exposition « l’Histoire commence en Mésopotamie » a été l’occasion pour les visiteurs de découvrir les sceaux-cylindres. Ces objets de pierre de petites dimensions, quelques centimètres, permettent de mieux comprendre les civilisations de l’ancienne Mésopotamie. En effet, les scènes gravées, parfois accompagnées d’une inscription en cunéiformes, reprennent les grands thèmes de l’iconographie mésopotamienne : scènes mythologiques, scènes de combat, de banquet, de la vie quotidienne. La finesse de la gravure constitue ce que l’archéologue Pierre Amiet a qualifié « des bas-reliefs imaginaires ».

Leurs usages étaient multiples : outil d’authentification des lettres, scellement de fermeture des salles, des vases, des coffres mais aussi amulettes…Ils apparaissent même dans les traités d’oniromancie.

Voici quelques-uns de ces sceaux exposés à Lens…

Sceau conservé au musée du Louvre à Paris et exposé à Lens dans le cadre de l'exposition "L'Histoire commence en Mésopotamie"

Retour à l'accueil