A l'instar des Caractères de La Bruyère, actualisée par Lison Daniel sur Instagram, nous avons imaginé des "caractères" à partir d’œuvres connues et moins connues.

Braïtou-Sala, L'Illustration, 1928

Braïtou-Sala, L'Illustration, 1928

 

Il était une fois, Moi

 

    Sûre de moi, je sais bien ce que je veux, les regards braqués sur moi, vous m’en faites perdre la tête, je suis coquette, chouette, toujours sans prise de tête mais gare à celles qui activent le mode « bête », mes poulettes vous ne serez pas prêtes !


Le rose ahhhh, longue histoire d’amour, comme le dit Edith Piaf «je vois la vie en rose ». Pomponnée, maquillée, apprêtée quand je sors de mon château renommé, tout ce que je pense faire c’est défiler. Pour certaines, je ressemble peut être à une  Dolores Ombrage,(des robes médiocres et sans valeur)  mais croyez moi je ne suis pas comme elle. Les miennes, grâce à ma silhouette, ( et quelques corsets) sont justement parfaites. Ce qui me distingue des mes ennemies, c’est mon allure de déesse, je dois tout à Paris, la ville accomplie, aux multiples facettes. Il m’arrive de laisser tout traîner sur mon passage, mon maquillage, mais rien ne vient à bout de mes hommes de ménages, qui après mon départ nettoient tout mon bazar. Je dis et pense ce que je veux, les hommes eux n’ont pas à donner leurs avis, sous risque d’être punis.


Comme vous pouvez  le voir, je donne une bonne image de ma personne. Mes collants sont toujours soyeux et lumineux mettant en valeur mes longues et fines jambes. Des froufrous et des jupons par millier, les hommes ont du mal à me déshabiller.  La seule chose qui me préoccupe, après moi, c’est la richesse, je ne dois pas avoir d'autres titres que ceux de la noblesse.

 

Valentine

Retour à l'accueil